Pourquoi utiliser un après-shampoing solide biodégradable ?

temps de lecture : 6 minutes 

Dans l’un de nos précédents articles, on vous partageait notre sentiment sur le fait que l’écologie ne semblait plus être à la mode (à retrouver juste ici). En parlant de “tendances”, vous avez sans doute remarqué que dans le monde des cosmétiques (mais pas que), les mots biodégradable, bio compostable, recyclé, recyclable (et j’en passe) sont utilisés par toutes les marques, tout le temps, partout. 
Alors on sait bien qu’en tant que consommateur, ce n’est pas toujours facile de s’y retrouver et de savoir à quels termes se fier sur un emballage quand il s’agit de choisir un soin cosmétique. Dans cette recherche du soin idéal, il y un aspect qui compte beaucoup pour nous : c’est la notion de biodégradabilité. Contrairement à d'autres mots qui ont perdu leur sens comme “responsable” ou “écologique”, le terme biodégradable est une notion contrôlée avec un sens bien défini.  L’après-shampoing fait partie des cosmétiques qui ne sont généralement pas biodégradables. Prenons cet exemple pour répondre à plusieurs questions: Pourquoi est-il important de choisir des cosmétiques biodégradables, et surtout un après-shampoing biodégradable ? Pourquoi la majorité des après-shampoings jugés efficaces ne sont pas biodégradables ? 

SOMMAIRE : 

1. Biodégradable, ça veut dire quoi ?

2. Pourquoi est-il important de choisir un après-shampoing biodégradable ? 

3. Des innovations et des progrès utiles qui font peur à certains acteurs

1 - Pour commencer, biodégradable, ça veut dire quoi ? 

Biodégradable, la définition

Commençons d’abord par définir cette notion complexe de biodégradabilité. En résumé, un élément biodégradable est un produit qui, après usage, peut se décomposer en 2 éléments: en CO2 et/ou en minéraux grâce à des organismes vivants, dans l’eau, dans l’air ou dans les sols (il peut s’agir de bactéries, de levures, d’algues ou encore de champignons). 
Dans la législation, pour être considéré comme biodégradable, le produit (ex: une formule, un emballage) doit se décomposer naturellement en respectant 2 facteurs définis par la loi:
  • Le temps de décomposition 
  • Le pourcentage de décomposition
Les deux dépendent de la composition du produit mais aussi de l’endroit où le produit se décompose et des micro-organismes qui y sont présents.
 

Différencier biodégradable et recyclable

Attention cependant à ne pas confondre les termes ‘biodégradable’ et ‘recyclable’. Ils ne veulent pas dire la même chose. Un produit est recyclable s’il peut être réintroduit dans la chaîne de production d’un nouveau produit après sa première utilisation. Il peut alors être revalorisé et utilisé à nouveau, ce qui permet de prolonger son cycle de vie. Lorsque l’on utilise un cosmétique sous la douche, celui-ci continue son chemin, il est donc important d’être attentif à la notion de “biodégradabilité” plutôt que de “recyclabilité”, qui n'a pas de sens ici. Vigilance aussi sur le terme biodégradable qui peut être utilisé pour la formule mais aussi pour l’emballage. une formule non biodégradable peut se trouver dans un emballage biodégradable (carton) et inversement. 
 

Qu’est ce qu’un cosmétique biodégradable ?

Si l'on reprend les 2 facteurs de décomposition cités plus haut, selon la législation européenne, un produit cosmétique peut être considéré comme biodégradable si :
  • Au bout d’un temps de décomposition de 10 jours…
  • …Le produit est décomposé à plus de 70%.
 
D’ailleurs, il est important d’être vigilant sur le fait que c’est bien la formule finale qui doit être certifiée biodégradable. En effet, même si tous les ingrédients sont biodégradables, un assemblage particulier ou la technique de transformation, peut altérer la biodégradabilité de la formule du produit. 
Pour s’assurer que leur produit est bien biodégradable, les marques doivent réaliser des tests de biodégradabilité. Ces tests sont réalisés dans des conditions similaires (en présence des mêmes bactéries) aux endroits où se retrouvent nos produits cosmétiques en fin de vie (les stations d’épuration notamment). En tant que consommateur, vous pouvez être sûr que lorsque la mention est inscrite sur l’emballage,  c’est que les tests ont été réalisés. Il s'agit là d'une garantie. 

L'océan, endroit où finissent les microplastiques présents dans nos soins

2 - Pourquoi est-il important de choisir un après-shampoing biodégradable ? 

Une formule souvent non biodégradable

Les après-shampoings conventionnels sont souvent formulés avec des ingrédients pas vraiment naturels, ajoutés intentionnellement à la formule comme agents émulsifiants, comme produits de remplissage très efficaces et (vraiment) bon marché. Dans les après-shampoings conventionnels, ce sont eux qui peuvent vous garantir d’avoir les cheveux « tout doux et brillants ».
Sauf que voilà, ces ingrédients sont constitués de micro particules de plastique inférieures à 5mm, plus connues sous le nom de “microplastiques”. Trop petites pour être arrêtées par les stations d’épuration après votre douche, elles finissent leur course dans la mer ou l’océan. Et bien sûr, vous connaissez le plastique (d’ailleurs on vous parle de son origine juste ici) et comprenez aisément que ces particules persistent dans le temps et ne disparaissent pas de suite (encore moins en 28 jours). On vous explique les impacts sur la planète juste après, mais déjà, revenons à l’origine du problème. Ces microplastiques sont-ils vraiment utiles dans les soins après-shampoings ? 
 

L’effet des microplastiques sur les cheveux 

Je vous le disais, ce sont eux qui rendent vos cheveux doux et brillants dans les après-shampoings conventionnels. Sauf que, spoiler alert et au risque de casser l’ambiance, ce sont de faux amis ! 
Les microplastiques présents dans la formule sont des agents filmogènes à base de pétrole qui viennent se fixer et envelopper votre fibre capillaire pour créer une couche de plastique autour. Ils viennent alors littéralement “maquiller” le cheveu, lui donnant une impression de bonne santé. Cette couche de plastique reflète aussi très bien la lumière, ce qui laisse croire à des cheveux brillants.   
Sauf que voilà, c’est du camouflage
À cause de cette barrière de plastique, les actifs présents dans les soins ne peuvent plus pénétrer dans le cheveu et donc le réparer et le protéger. C’est d’ailleurs à cause de cette barrière de plastique qu’il faut souvent un temps d’adaptation lors du passage entre une routine capillaire 'conventionnelle' et naturelle. C’est le temps qu’il faut pour détoxifier vos cheveux, retirer cette couche, et laisser le temps aux actifs de les pénétrer et de les soigner de l’intérieur. 
Normalement un soin après-shampoing vient refermer les écailles des cheveux (précédemment ouvertes par le shampoing), aider au démêlage et rendre les cheveux doux et brillants (car des écailles refermées reflètent mieux la lumière). Aujourd’hui, il est complètement possible de reproduire cela avec des ingrédients entièrement naturels. C’est notamment le challenge que nous avons voulu relever avec le développement de notre soin après-shampoing solide. Formulé avec de l’huile de lin, du beurre d’avoine et d’un puissant agent démêlant à base de betterave et de colza, il est le premier soin après-shampoing naturel, efficace et certifié 100% biodégradable. En effet, nous avons fait réaliser les tests obligatoires pour obtenir la mention “biodégradable” pour la formule de notre soin. Aujourd’hui, nous sommes très fiers de nous dire que si l’on reprend les 2 critères cités plus haut, notre soin après-shampoing se décompose à 100% en seulement 10 jours.  

 

Et pour la planète ça change quoi ?

Comme dit précédemment, à cause de leur petite taille, les microplastiques ne sont pas traités pas les stations d’épuration et finissent leur course dans la mer et l’océan. Vous vous en doutez déjà, mais cela a un impact considérable sur la vie marine et par conséquent sur notre santé. Les poissons ingèrent ces micro particules qui finissent dans nos assiettes et nos organismes. Pour mieux se rendre compte, voici une statistique qui nous a marqué : aujourd’hui, nous absorbons tous l’équivalent d’une carte bleue de plastique par semaine.
 
Les les micro plastiques qui restent dans l’océan vont tous rester intacts pendant des milliers d’années. Certains vont stagner longtemps dans les fonds marins, mais le cycle de l’eau est global. De ce fait, beaucoup de microplastiques se retrouvent aussi dans les cours d’eau, même dans des endroits très reculés de la planète (notamment avec le phénomène d’évaporation)
 
Heureusement, il y a une prise de conscience de plus en plus grande sur ce sujet. Grâce à des actions et des campagnes comme celle de Surfrider foundation, la législation change et interdit progressivement les microplastiques dans les produits cosmétiques (ça prend du temps, et pourtant pour sauver notre planète, du temps on en a peu. Mais c’est toujours mieux que rien!).
Notre après-shampoing solide biodégradable
Notre soin après-shampoing solide 100% biodégradable, 40gr, 19€

3 - Des innovations et des progrès utiles qui font peur à certains acteurs 

Face à cette prise de conscience, il y a des actions qui vont dans le bon sens et d’autres un peu moins. C’est le cas de la législation sur les packagings. Il se pourrait bien qu’on ne puisse bientôt plus faire apparaître la mention "biodégradable" sur les emballages des produits cosmétiques. L'explication donnée est que cela pourrait porter à confusion entre la biodégradabilité du produit et celle de l'emballage. Les consommateurs seraient alors davantage amenés à jeter leurs étuis dans la nature. Cela empêcherait aussi les abus des grandes marques qui utilisent ces termes à tort et à travers. Dans le fond, l’idée est bonne et nous la soutenons. 
 
Alors on se dit que pour notre soin après-shampoing certifié biodégradable, on écrira maintenant "formule biodégradable" sur l’emballage (évitant donc toute confusion). Mais le problème est que cette mention pourrait elle aussi être interdite. Il semblerait donc qu’il y ait une raison plus profonde : les lobbies font pression afin que certains produits ne soient pas "dévalorisés" puisque non biodégradables. 
C’est bien dommage de ne plus pouvoir mettre en avant cette caractéristique et vous aider à choisir les meilleurs cosmétiques mais cela ne change en rien notre engagement : chez Umaï, a continuera à créer des soins aussi bons pour vous que pour la planète, qu’on puisse l’écrire ou non sur notre étui. Et grâce à votre soutien, cela nous prouve au moins que les choses avancent et que les mentalités évoluent, et que ça c’est positif !
 
Merci d’avoir lu cet article. Si jamais vous avez des questions, avis, remarques sur le sujet, n’hésitez pas à laisser un commentaire. Nous serons ravis de vous répondre !
Agathe, Claire et l’équipe Umaï

Ecrire un commentaire

Tous les commentaires sont modérés avant d'être publiés

@umai-natural

sur instagram.